• Oir - hors limites, habiter le territoire

     

    Oir - hors limites, habiter le territoireÀ la différence que je ne m'empêcherais/rai jamais de créer quelque chose qui ne se conforme pas aux règles de.


    Et vous?


    Débat lancé, avec ou sans serviette. Me suis déjà mouillée. Me fabriquerais bien un petit anneau poème de Moebius. J'ai eu un chat qui portait ce nom, autrefois. Oui.

     

    J'aime dans l'ouvroir, le oir, suffixe d'ouverture, de présent, d'actuel, d'idées, de propositions. Si on propose de porter des lunettes spéciales pour regarder un poème oulipien en 3 D, de ne considérer que les pourtours d'une forme géométrique où le texte intérieur serait négligeable, je me dis que c'est la récré et qu'on peut bien jouer avec la loupe. La loupe lipo ou la loupipo.

     

    Je ne réclame rien. Ne m'intéresse pas de réclamer.

     

    Où mettez-vous ces images-mots, ces mots-images, vous?



    Même pas déposé de lien chez Oulipo pour « ferme ma gueule ». L'impératif à soi se com/porte bizarrement. Ne s'appliquait pas à cela.



    Oeuvre : travail de transformation, de fabrication. « Ensemble d'actions accomplies par quelqu'un en vue d'un certain résultat. » (Extrait de la liste exaustive de Lexilogos)



    J'aime bien, quelque part, garder en tête que le plus prévisible résultat, croit-on, veut-on, ne le sera jamais. Les autres : cette peste. Pire : soi-même, le lendemain, dix ans plus tard, trente ans, 100 ans si on y est encore. Devenu Autre.


    L'ancrage dans le prémâché social dictera des interprétations, des relations, des rapports à notre divin construit.


    Ben merde!


    J'ai toujours aimé jouer dans la boue. Imaginer des bateaux dans la marre après la pluie. Celle, petite, juste au bord de la rue, ou la grande, qui pormet l'aventure, s'il a beaucoup plus. En fabriquer, un bout de branche, une feuille, sèche ou pas, un gravier debenu récif.


    Pas peur de me salir.


    (En plus, parait que ça chasse les bibittes.)

    « ferme ma gueule se nomme dé-rangement »

  • Commentaires

    2
    Jeudi 29 Août 2013 à 16:56

    Oula! Tu me fais relire ce texte si lointain, Dominique!

    Il en a coulé de la boue sur mes bottes depuis mars 2012. Yes we do!

    Merci pour ton commentaire, Zéo :)))

    1
    Jeudi 29 Août 2013 à 15:18

    These boots are made for walking ? Go on !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :