• trn

    IsoZéo

    Cliquer deux fois sur l'image pour format original

     

     

     

    trn

     

     

     

     

    « lyreta »

  • Commentaires

    4
    Mardi 11 Février 2014 à 23:11

    Facto, on voudrait ça pour tout le monde, n'est-ce pas?

     

    Autrement, c'est ce geste aperçu, détourner la tête face à une nouvelle trop destructive, que je trouve absolument intéressant. Ce qu'il dit de la fuite du soi ouvert vers l'Autre vers celui en soi où il y a cet imbroglio de tout le vécu, perçu, pensé, imaginé, qui donne une couleur, une saveur au rien, au vide dans lequel on tombe dans ces moments, ce passage émotionnel, existentiel, qui met un moment plus ou moins long à ajuster les émotions et le reste du corps.

    Lumière printemps pur toi et tes ami-e-s à plumes et poils. Zéo :)

     

     

    3
    Le factotum
    Mardi 11 Février 2014 à 13:40

    La douleur fait place à la joie.

    La solitude fait place à la vie.

    Le vide fait place à la plénitude.

    Mes zamours me l’on dit.

    2
    Lundi 10 Février 2014 à 18:30

    La mavette, merci pour ton poème, bien vrai. L'infime poids de la douleur des jours. Bonne journée à toi!

    Zéo

    1
    Dimanche 9 Février 2014 à 18:53

    Le vase où meurt cette vervaine
    D'un coup d'éventail fut fêlé ;
    Le coup dut l'effleurer à peine,
    Aucun bruit ne l'a révélé.


    Mais la légère meurtrissure,
    Mordant le cristal chaque jour,
    D'une marche invisible et sûre
    En a fait lentement le tour.


    Son eau fraîche a fui goutte à goutte,
    Le suc des fleurs s'est épuisé ;
    Personne encore ne s'en doute,
    N'y touchez pas, il est brisé.


    Sully  Prudhomme

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :